Carte des municipalité

La MRC de Kamouraska, située dans la région administrative du Bas-Saint-Laurent, a été  créée le 1er janvier 1982. Composée de 17 municipalités et 2 territoires non organisés, elle abrite environ 22 000 personnes (2010). Les îles les plus rapprochées du littoral, soit les archipels des Pèlerins et de Kamouraska, ainsi que l’île aux Lièvres font également partie de la MRC. L’uniformité de cette plaine du littoral est interrompue ici et là par des crêtes rocheuses en saillie appelées « monadnocks » ou « cabourons », caractéristiques du paysage kamouraskois. À l’intérieur des terres, on retrouve un premier plateau vallonné puis l’altitude augmente pour s’ouvrir sur les collines appalachiennes, qui couvrent l’ensemble du territoire restant de la MRC jusqu’à la frontière américaine. La colonisation du territoire s’amorça vers la fin du XVIIe siècle. Au fil des siècles, la densité de la population augmentant, les concessions seigneuriales puis les paroisses originelles furent subdivisées et amputées pour donner naissance à d’autres paroisses. Plusieurs vagues de peuplement se poursuivirent jusqu’au plateau appalachien, venant de pair avec l’intensification de l’exploitation des ressources forestières et fauniques.

D’un point de vue économique, le secteur primaire représente 13,8 % des emplois comparativement à 10,4 % pour le Bas-Saint-Laurent dans son ensemble et à 3,7 % pour tout le Québec. Le secteur manufacturier, avec 24 % des effectifs, occupe quant à lui, une place comparable à celle présente à l’échelle provinciale (22 %) et une situation supérieure à celle constatée à l’échelle régionale (18 %). Le secteur sous-représenté s’avère donc le tertiaire en ne regroupant que 62,2 % des emplois contre 71,6 % au  Bas-Saint-Laurent et 74,3 % au Québec. L’agriculture et l’industrie bio-alimentaire sont également source de dynamisme  pour le territoire. En effet, ce secteur rayonne à l’échelle de la région et de la province grâce à ses structures, à son savoir et à son expertise (Centre de développement bio-alimentaire du Québec, centres d’expertises, incubateur bio-alimentaire, Agrobiopole…)

Les paysages ruraux du Kamouraska sont un des principaux produits d’appel touristique du territoire. Plusieurs promontoires, belvédères et haltes permettent aux gens d’admirer les paysages agraires et maritimes du territoire. Divers sites naturels sont intensément fréquentés par les amants de la nature : les rives du fleuve Saint-Laurent sont prisées par les villégiateurs et les campeurs, la rivière Ouelle et les lacs du plateau font le bonheur des amateurs de pêche et l’immense espace forestier est apprécié des adeptes de la chasse ou de l’écotourisme. Enfin, des circuits pédestres, de vélos et de motoneiges sillonnent de grandes parties du territoire.

Peu importe la raison, il y a forcément une place pour vous au Kamouraska !

Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player